Menu
Menu

Meet the makers : Owen Gray, ébéniste

Owen Gray est un jeune ébéniste passionné pour qui le travail du bois est devenu une véritable passion lui permettant d’exprimer ses besoins créatifs. Nous lui avons posé quelques questions pour qu'il nous parle de ses expériences dans les fablabs et autres ateliers partagés.
Quel est ton profil de maker ? As-tu toujours aimé fabriquer par toi-même?

Plus jeune, j’ai toujours démonté tout ce qui me passait entre les mains et j’ai toujours aimé faire des constructions dans le jardin, des cabanes, etc. Ma première « expérience » en menuiserie, c’était lors d’un événement à Tour&Taxi durant lequel des outils et du bois de réemploi étaient mis à disposition et où n’importe qui pouvait venir pour construire tout et n’importe quoi. J’y ai construit mon premier tipi et une pièce de maison.

Plus tard, durant mes secondaires, j’ai commencé à réaliser des projets pour des amis ou même pour des magasins. Ensuite, je me suis lancé dans des études d’ingénieur industriel en me disant que je garderais un pied dans des activités manuelles mais je me suis assez rapidement rendu compte que ce n’était pas du tout ce que je voulais faire. Heureusement, c’est à ce moment-là qu’un ami fleuriste pour lequel je réalisais un meuble m’a encouragé à me lancer réellement dans la menuiserie. J’ai alors commencé une formation de menuisier-charpentier à l’efp et ça fait maintenant plus ou moins deux ans que je bosse en tant qu’indépendant.

Comment es-tu arrivé dans un fablab ? Qu’est-ce qui t’a motivé à venir ?

C’est assez marrant parce que ma première expérience dans un fablabn’était en rien liée au travail du bois. C’était au cityfab1 pour faire de la broderie. À l’époque, je voulais broder des insignes scouts sur ma chemise. Le partage de la machine à broder numérique était super pratique parce que c’est une machine à laquelle on n’a pas accès normalement. La seule alternative que j’avais aurait été d’envoyer mes insignes à un professionnel qui les aurait brodés à ma place. En fait, j’adore apprendre de nouvelles techniques et j’aime faire un maximum de choses par moi-même quand c’est possible. Dans ce cas, j’ai trouvé le moyen d’apprendre à faire de la broderie sur cette machine spécifique et j’ai saisi l’opportunité.

Plus tard, j’ai découvert la Microfactory, durant ma formation en menuiserie en allant aider un ami qui y était membre. J’ai tout de suite complètement adhéré à ce concept d’atelier partagé et j’en suis également devenu membre peu après.

Quels sont les avantages de fréquenter un fablab?

Le gros point positif selon moi, c’est tout le support qu’on peut avoir autour de nous dans ce genre d’endroits. Plein de profils et de métiers s’y croisent et font toutes sortes de choses différentes. À la Micro, si tu as une question, c’est juste impossible de ne pas trouver de réponse. Il y a toujours quelqu’un qui aura un moment à te consacrer pour te conseiller. C’est assez incroyable car ça apporte une diversité d’idées impressionnante. Dans les plus petits ateliers dans lesquels j’ai pu travailler précédemment, il existait aussi une certaine hiérarchie qui n’existe pas ici. On a tous le même statut et on est tous là pour s’entraider. Si tu es prêt à donner et à apprendre en retour, tu vas réellement fleurir dans ce genre de lieux.

Évidemment, le partage de grosses machines et les prix raisonnables sont aussi de gros avantages. Ça permet de te développer rapidement sans trop stresser par rapport au coût de ton activité.

Ton conseil à une personne qui n’est jamais venue dans un fablab/atelier partagé ? et aux makers ? 

Je lui proposerais de trouver un petit projet et de venir le réaliser en étant très ouvert à tous les conseils qu’il va recevoir. Ensuite, grâce à cette expérience, se rendre compte du monde qui s’ouvre devant lui en rejoignant un fablab ou un atelier partagé. Il y règne une ouverture d’esprit que je ne trouve nulle part ailleurs et ça m’est presque devenu essentiel.

Parle-nous de ton/tes projet/s.

Je fais principalement du mobilier. En ce moment, j’essaye de m’orienter vers des projets de plus petite taille, mais demandant plus de précision.

Je travaille principalement sur commande et je vais souvent accepter des projets dans lesquels je peux proposer un design personnel que je crée pour le client sur la base de ses demandes, des tons ou des objets présents dans la pièce dans laquelle le meuble sera placé par exemple. J’essaye de choisir mes projets non plus en fonction du prix ou du temps qu’il me prendront mais plutôt en fonction de si oui ou non ils satisferont mon besoin créatif.

J’aime beaucoup travailler avec du bois massif de manière traditionnelle, j’aime les assemblages traditionnels japonais, le travail à la main et j’aimerais revaloriser la valeur et la qualité de finition de ce travail.


De futurs projets ? De nouvelles machines ou techniques à tester?

Je ferai très prochainement une formation sur la découpeuse laser qui me sera très utile pour pouvoir graver mon logo sur mes meubles par exemple. Je pense également me former à la fraiseuse numérique CNC qui pourrait bien m’aider dans certains projets.

Sinon, je fais aussi partie du projet Fabulous Shop qui ouvrira ses portes très bientôt. Il s’agit d’un magasin éphémère monté par différents utilisateurs des fablabs bruxellois qui a été sélectionné par hub.brussels et qui prendra ses quartiers du 30 avril à fin juillet dans le Pop-Up L’Auberge Espagnole situé chaussée de Wavre 331 à Etterbeek. Vous y trouverez diverses créations, tout droit sorties des fablabs ! Pour ce projet, je proposerai des pièces qui ne sont pas réalisées sur commande et pour lesquelles j’ai créé mes premiers designs personnels.


Pour en savoir plus sur
le travail d’Owen, rendez-voussur son site web ! Tu peux également suivre l’aventure Fabulous Shop sur Instagram.

Si toi aussi tu souhaites te former à une machine numérique, découvre toutes les formations du Cityfab3 ici.

 

Credits photos: Xavier Willot, Owen Gray

Meet the makers : Sean Nachtrab, Ingénieur en Machine Learning

Cette semaine, Sean nous raconte son parcours dans les Fablab et comment les outils qu'il y a accumulé avec le temps lui sont utiles dans sa vie pro et perso!

Lire plus

Meet the makers : Owen Gray, ébéniste

Owen Gray est un jeune ébéniste passionné pour qui le travail du bois est devenu une véritable passion lui permettant d’exprimer ses besoins créatifs. Nous lui avons posé quelques questions pour qu'il nous parle de ses expériences dans les fablabs et autres ateliers partagés.

Lire plus

Meet the makers : Philipe Carron, customisation de guitares électriques

Philippe est un fidèle utilisateur du cityfab3 et de la découpeuse jet d’eau. C’est notamment grâce à elle qu’il découpe du métal et customise des guitares électriques d’exception ! Nous lui avons posé quelques questions sur son travail et son expérience au fablab.

Lire plus

Tutoriel DIY au Fablab – fabriquer un miroir en récup’

DIY : Produire des objets magnifiques à partir de chutes ? Avec de bonnes idées et à l’aide des machines qu’on trouve au fablab, c’est tout à fait possible. Dans ce DIY, je vous propose de réaliser un miroir personnalisé sur un support en marbre provenant des chutes d’une production que nous avons réalisé au cityfab 3 pour Rotor. Le miroir est une fin de collection qui retrouve toute sa noblesse grâce à la découpeuse laser.

Lire plus

Meet the makers : Charlotte Gigan, artiste plasticienne céramiste

Charlotte est une artiste qui a fait du travail de la terre son métier ! La céramique n’a presque plus aucun secret pour elle et aujourd’hui, elle nous raconte comment les machines numériques l’aident à fabriquer des outils et à créer des pièces uniques pour le Studio Biskt.

Lire plus

Le DIY aux cityfabs

Le DIY fait partie de l’ADN des makers. Ce plaisir de transformer de la matière en un objet, l’agréable sensation du travail accompli, les producteurs le connaissent bien. Cette tendance, revenue à la mode ces dernières années, ne fait que se développer et s’applique à de plus en plus de domaines. On trouve même aujourd’hui des tutoriels pour produire ses propres machines !

Lire plus

Meet the makers : Laura Prillard, sérigraphe

Au programme aujourd’hui, rencontre avec Laura, co-fondatrice d’un atelier graphique et pédagogique entre Toulouse et Bruxelles. L’atelier Bitoño travaille sur des projets variés et ludiques dont « Bibi », une pochette d’activités créatives 100% artisanale pour les enfants de 6 à 10 ans sous forme d'abonnement (en plein crowdfunding)!

Lire plus

Meet the makers : Louise Brodsky, artiste ferronnière

Louise Brodsky est une artiste dont le matériau de prédilection le métal. Elle forge, soude et meule cette matière qui lui est chère et continue de se former pour réaliser ses projets et laisser libre court à sa créativité.

Lire plus

Meet the makers : Narciso Gumangan, producteur de vélos électriques en bambou

Rencontre avec Narciso Gumangan, fondateur de Cycad, une entreprise qui met en location des vélos électriques qu'il fabrique lui-même avec un cadre en bambou.

Lire plus

Meet the makers : Dominique Llorca, menuisier/ébéniste

Rencontre avec Dominique Lllorca, menuisier ébéniste curieux et passionné. Aucun matériau ne résiste, surtout depuis l'arrivée de la découpeuse jet d'eau au cityfab3! Il nous parle de son parcours et de ses projets.

Lire plus