Menu
Menu

Meet the makers : Charlotte Gigan, artiste plasticienne céramiste

Charlotte est une artiste qui a fait du travail de la terre son métier ! La céramique n’a presque plus aucun secret pour elle et aujourd’hui, elle nous raconte comment les machines numériques l’aident à fabriquer des outils et à créer des pièces uniques pour le Studio Biskt.

Quel est ton profil de maker ? As-tu toujours aimé fabriquer par toi-même?

J’ai commencé à faire de la céramique il y a une quinzaine d’années car je ressentais le besoin de faire quelque chose de mes mains. J’ai découvert le travail de la terre qui me correspondait et je me suis donc lancée dans des études afin de devenir artiste plasticienne céramiste. À la fin de mes études en 2015, j’ai monté mon atelier où j’ai donné des cours et des workshops. 

Ensuite, en duo avec mon compagnon Martin qui est designer industriel, on a décidé de monter le Studio Biskt en 2018. Pour le coup, c’est lui le vrai maker dans l’histoire, il est à la Microfactory depuis un bon moment et c’est lui qui fabrique nos outils.

 

 

Comment avez-vous découvert l’univers des fablabs ? 

Le premier Fablab que Martin a découvert, c’était durant mon Erasmus à Istanbul. Je pense que ça l’a marqué de pouvoir aller dans un lieu qui lui permettait de faire ses expérimentations. C’est donc tout naturellement qu’il a continué à fréquenter des Fablabs quand il est revenu à Bruxelles. Je crois que les designers aiment toucher un peu à tous les matériaux que ce soit le bois, le métal, la céramique, le verre, etc., et l’idée c’est que leurs projets ne soient pas en lien avec un matériau en particulier mais avec un ensemble de matériaux et qu’ils puissent comprendre le processus de fabrication. 

Désormais, on connaît pas mal de monde dans les Fablabs, on sait où se trouvent telle ou telle machine et on utilise donc ces espaces en fonction des possibilités qu’ils offrent.

Dans le cadre de Studio Biskt c’est dans le Fablab qu’on a fabriqué la plupart de nos matrices d’extrusion pour la céramique.

 

Quels sont les avantages de fréquenter un fablab ou un atelier partagé ?

C’est plutôt chouette d’avoir accès à ces grands espaces et à plein d’outils pour différentes matières au même endroit.

Il y a des profils de makers très variés qui ont des savoir-faire et des métiers différents des nôtres et qu’on rencontre grâce à ces lieux d’échange. Parfois ça peut s’avérer pratique et aboutir à des liens concrets dans des projets. C’est comme ça qu’on a rencontré quelqu’un qui travaille le métal et avec qui nous travaillons maintenant pour faire nos structures de bancs par exemple.

Quelle est ta machine de prédilection ? Pourquoi ?

La fraiseuse numérique CNC qui nous sert à fabriquer toutes les matrices d’extrusion. Ce n’est plus la machine qu’on va utiliser dans un Fablab puisque Martin en fabrique lui-même avec sa startup Mekanika mais je dirais que c’est celle qui l’a obsédé pendant longtemps.

 

Ton conseil à une personne qui n’est jamais venue dans un fablab/atelier partagé? Et aux makers ? 

Je crois que quand on a quelque chose en tête, il faut vraiment essayer. Des gens autour de toi pourront sûrement te donner un coup de main dans une ambiance que je trouve assez bienveillante. C’est agréable de se dire qu’il y aura souvent des gens prêts à t’aider si tu as des questions, des demandes.

De futurs projets? Des machines ou techniques à tester?

En ce moment, nous sommes en train d’imaginer une extrudeuse verticale qu’on va essayer de fabriquer au Fablab. Le but c’est de pouvoir extruder de grosses pièces assez larges afin de nous faciliter le travail de production. Actuellement, quand on réalise ces grandes pièces, on est obligé de les faire en 4 parties. L’idée c’est de pouvoir les sortir en une seule pièce pour éviter le chipotage car 4 parties ça veut dire 4 collages, et chaque collage crée un risque de fêlure.

 

Parle-nous de tes projets.

Dans le cadre du projet Duos en Résonance porté par Wallonie Design et qui vise à faire collaborer des artisans d’art avec des designers, le Studio Biskt est en duo avec un décorateur qui s’appelle Pierre-Yves Morel avec qui nous sommes en train de fabriquer de nouvelles extrusions pour réaliser de la céramique faux marbre.

Sinon, actuellement on prépare Collectible qui est une grosse foire art et design qui aura lieu du 20 au 22 Mai à Tour & Taxis ainsi que le Salon du Meuble de Milan qui se tiendra du 7 au 12 juin.

 

 

Si tu souhaites en savoir plus sur le travail de Charlotte ou découvrir sa boutique en ligne, rendez-vous sur le site du Studio Biskt, sur leurs profils Instagram ou Facebook.

Toi aussi tu souhaites utiliser une fraiseuse numérique CNC? Découvre toutes les formations du Cityfab3 ici.

Meet the makers : Sean Nachtrab, Ingénieur en Machine Learning

Cette semaine, Sean nous raconte son parcours dans les Fablab et comment les outils qu'il y a accumulé avec le temps lui sont utiles dans sa vie pro et perso!

Lire plus

Meet the makers : Owen Gray, ébéniste

Owen Gray est un jeune ébéniste passionné pour qui le travail du bois est devenu une véritable passion lui permettant d’exprimer ses besoins créatifs. Nous lui avons posé quelques questions pour qu'il nous parle de ses expériences dans les fablabs et autres ateliers partagés.

Lire plus

Meet the makers : Philipe Carron, customisation de guitares électriques

Philippe est un fidèle utilisateur du cityfab3 et de la découpeuse jet d’eau. C’est notamment grâce à elle qu’il découpe du métal et customise des guitares électriques d’exception ! Nous lui avons posé quelques questions sur son travail et son expérience au fablab.

Lire plus

Tutoriel DIY au Fablab – fabriquer un miroir en récup’

DIY : Produire des objets magnifiques à partir de chutes ? Avec de bonnes idées et à l’aide des machines qu’on trouve au fablab, c’est tout à fait possible. Dans ce DIY, je vous propose de réaliser un miroir personnalisé sur un support en marbre provenant des chutes d’une production que nous avons réalisé au cityfab 3 pour Rotor. Le miroir est une fin de collection qui retrouve toute sa noblesse grâce à la découpeuse laser.

Lire plus

Meet the makers : Charlotte Gigan, artiste plasticienne céramiste

Charlotte est une artiste qui a fait du travail de la terre son métier ! La céramique n’a presque plus aucun secret pour elle et aujourd’hui, elle nous raconte comment les machines numériques l’aident à fabriquer des outils et à créer des pièces uniques pour le Studio Biskt.

Lire plus

Le DIY aux cityfabs

Le DIY fait partie de l’ADN des makers. Ce plaisir de transformer de la matière en un objet, l’agréable sensation du travail accompli, les producteurs le connaissent bien. Cette tendance, revenue à la mode ces dernières années, ne fait que se développer et s’applique à de plus en plus de domaines. On trouve même aujourd’hui des tutoriels pour produire ses propres machines !

Lire plus

Meet the makers : Laura Prillard, sérigraphe

Au programme aujourd’hui, rencontre avec Laura, co-fondatrice d’un atelier graphique et pédagogique entre Toulouse et Bruxelles. L’atelier Bitoño travaille sur des projets variés et ludiques dont « Bibi », une pochette d’activités créatives 100% artisanale pour les enfants de 6 à 10 ans sous forme d'abonnement (en plein crowdfunding)!

Lire plus

Meet the makers : Louise Brodsky, artiste ferronnière

Louise Brodsky est une artiste dont le matériau de prédilection le métal. Elle forge, soude et meule cette matière qui lui est chère et continue de se former pour réaliser ses projets et laisser libre court à sa créativité.

Lire plus

Meet the makers : Narciso Gumangan, producteur de vélos électriques en bambou

Rencontre avec Narciso Gumangan, fondateur de Cycad, une entreprise qui met en location des vélos électriques qu'il fabrique lui-même avec un cadre en bambou.

Lire plus

Meet the makers : Dominique Llorca, menuisier/ébéniste

Rencontre avec Dominique Lllorca, menuisier ébéniste curieux et passionné. Aucun matériau ne résiste, surtout depuis l'arrivée de la découpeuse jet d'eau au cityfab3! Il nous parle de son parcours et de ses projets.

Lire plus